A propos

Par Claire le 07/08/2020

Bonjour !

Quelques mots à propos de moi parce que c’est toujours intéressant de savoir qui se cache derrière un site.

Je m'appelle Claire, j'habite dans les environs de Toulouse. Pendant une dizaine d’années, de 2008 à 2019, en parallèle de ma vie de famille et de mon travail, j’ai eu un cheval que j’allais monter tous les jours. Intéressée depuis longtemps par la psychologie bien que n’ayant pas le projet d’en faire mon métier, les enfants grandissant et me laissant du temps libre, je me suis inscrite en Licence de psychologie et j’ai enchaîné les années d’études jusqu’à obtenir le titre de Psychologue en 2019. Autant dire qu’entre la vie de famille, le travail à plein temps, le cheval et les études de psychologie, j’étais bien occupée ! J’avais bien conscience du réchauffement climatique mais je ne m’y arrêtais pas. Etre occupée à plus de 100% était un moyen d’être trop accaparée pour penser d’une manière générale, et pour écouter mes angoisses environnementales en particulier. Cela me permettait aussi de faire, sans trop de scrupules, 80 km chaque jour pour aller au travail et voir mon cheval. J’avais parfois des insomnies liées au réchauffement climatique, mais je ne prenais pas le temps d’y prêter l’oreille.

En 2019, mon cheval meurt peu avant que je le mette à la retraite et je termine mes études de psychologie. J’ai plein de nouveaux projets en tête, de nombreux centres d’intérêt non encore explorés mais je décide de prendre le temps, de ne pas me lancer à corps perdu dans une nouvelle activité chronophage… Et je me fais rattrapper par ce que j’avais refoulé : l’état de notre planète. Je ressens ce qu’on appelle de l’éco-anxiété. Je n’en parle tout d’abord pas à mes proches pour les préserver. Je cherche des informations sur internet. Difficile de faire le tri et surtout ça ne m’aide pas : certains articles me font prendre d’autres claques et encore plus ressentir d’éco-anxiété.

Puis je commence à parler à mes proches de mon angoisse environnementale. Mon fils me dit : “Je vois que ça te prend la tête, alors, engage-toi !”. Oui mais quoi, ça fait quelques temps que je me tourne vers le zéro déchets mais j’ai l’impression que le compte n’y est pas, que (je caricature) ça n’est pas en allant au marché avec mes contenants en tissu et mes bocaux (même si cette pratique est très bonne !) que nous éviterons d’aller dans le mur à pleine vitesse.

Aujourd’hui, grâce à un travail en cours sur moi-même, le fond du trou est passé et j’ai pu me mettre en mouvement, même si l’angoisse m’assaille régulièrement. J’entreprendrai d’autres actions plus tard, mais, pour l’instant, j’anime bénévolement des fresques du climat, ateliers participatifs de sensibilisation au fonctionnement du climat et aux conséquences de son dérèglement (https://fresqueduclimat.org/). En m’appuyant sur mes compétences de psychologue sociale, j’ai aussi mis en place ce site. Les articles sont ceux que j’aurais aimé trouver pour m’aider dans mon cheminement. Ils correspondent à ma compréhension de ce qui m’est arrivé, à ce qui peut aider les personnes vivant la même chose. Ils tentent de répondre aux questions que je me suis posées. J’ai fait le choix d’appuyer mes articles sur des lectures fiables et de baser mon discours sur des faits établis car c’est ce que j’aurais souhaité trouver sur la toile : un soutien psychologique qui ne soit pas de la psychologie de comptoir.

Psychologie-et-climat.fr est aussi un travail d’équipe : mon mari a assuré la partie technique et la relecture pendant que je me concentrais sur le fond. Sans oublier son soutien psychologique et son accompagnement dans ma réflexion.

J’espère que ce site vous aidera vous aussi à cheminer. N’hésitez pas à m’écrire pour me le dire ou pour commenter !

Des questions, remarques, commentaires ? N'hésitez pas à m'écrire à claire@psychologie-et-climat.fr.